• Facebook Clean

Betcave-Aguin   -   L'église

Ilene Sunshine

La façade du grand Chêne

Cette installation est faite de bûchettes trouvé dans la forêt et aussi du grand chêne de l'église. C'est un hommage à ce vieil arbre merveilleux de 200 ou 300 années.

Toutes les oeuvres de l'artiste sont des explorations de l'intervention des hommes dans la nature. L'artiste a arrêté le processus de décomposition dans le bois pour construire la façade Et maintenant la façade a l'effet de n'être ni solide , ni liquide mais devient un peu mystérieux.

Hommage à Christian LOTHSPEICH

 

Les coings : peintre que je suis

Je ne peux rendre

Leur métamorphose

que par mes tableaux.

Elles réunissent

tout ce dont j'ai besoin

Pour un bon thème : 

Couleur, lumière dans la couleur.

Formes bizarres.

Les processus biologiques

Entraînent des transformations.

Sans les comprendre,

J'essaie de les rendre visibles.

Je me laisse emporter

par l'imagination de la nature

et transforme mon tableau

En une "nature morte".

                                       Christian Lothspeich

La nature est pour nous un dictionnaire, nous y cherchons des mots.

                                        Eugène Delacroix

Photo : Tilman Lothspeich  

Christian Lothspeich est né en 1930 dans la forêt noire, Allemagne.

Il passe son enfance dans la vallée du Rhin et commence très tôt à dessiner des arbres aux formes bizarres, des reflets dans le fleuve, des effets de lumière et des scènes de la vie campagnarde.

Subitement, en 1945, il découvre les impressionnistes français et plus tard fait ses études à l'Académie des Beaux-Arts de Stuttgart.

Durant les années 1960-94, il vit à Francfort et travaille comme illustrateur, dessinateur d'art appliqué et éditeur de livres d'art.

Il enseigne la peinture à Coblence aux étudiants en architecture.

Entouré de collectionneurs qui apprécient son travail, les expositions qu’il organise ont un franc succès. 

Il développe parallèlement 3 thèmes principaux :

  • Le paysage

  • Les natures mortes

  • Le ballet (en relation étroite avec le mouvement figuratif de William Forsythe, à l'époque peut-être la compagnie la plus d'avant-garde du monde. Il dessine souvent lors de ses répétitions).).

En 1994 il s’installe tant à Stuggart qu’à Saramon où se trouve également son atelier. Il y développe de nouvelles techniques tout en poursuivant ses expositions et ses cours de peinture.

Il nous quitte en août 2018.